La prise de notes

Des outils pour apprendre la prise de notes

A. La démarche : 1.j’écoute 2.je comprends 3.j’écris ce que j’ai compris

Prendre des notes, c’est d’abord écouter et comprendre ce qu’on m’explique. Un temps qui doit durer suffisamment longtemps pour avoir compris, mais pas trop…pour ne pas perdre de vue le marathonien !

Une fois la notion comprise, je fonce l’écrire sur ma feuille. Attention, pas comme le prof me l’a dite ! Mais comme je l’ai comprise ! Cette retranscription personnelle est la clé de la réussite : ainsi notée, la notion est comprise, et quasi apprise ; le travail personnel à la maison est ainsi nettement allégé. Vous imaginez bien que ça implique un état de concentration maximum ! Impossible de parler à son voisin en même temps, ni de consulter son téléphone 😉 Bien évidemment, sur 2h de cours…difficile d’être à 100% tout le temps. Pas grave, de temps en temps on note littéralement les notions, et on y reviendra plus tard, avec un copain, ou en allant voir le prof à la fin du cours, ou le lendemain. On peut aussi indiquer au crayon de papier qu’à cet endroit il manque un truc, il faudra le compléter.

B. Des outils de base pour apprendre à se détacher du texte littéral

Les abréviations, c’est le b-a.-ba de la prise de notes. Quelques exemples vous sont présentés ci-dessous. Bon…on se contente ici de rester dans la thématique de ce site, c’est plutôt appliqué aux SVT 😉 Ayez bien conscience que ce ne sont que des exemples, parmi lesquels vous pouvez piocher ; vous apprendrez vite à les adapter, et à créer vos propres abréviations.

Les noms
Les mots de liaison
Les préfixes et suffixes

On peut également utiliser des symboles déjà connus par ailleurs. Quelques exemples :

⚠️ Dans tous les cas, on veillera à ne pas envahir la feuille d’abréviations ! Il faut toujours penser à la relecture. Un cours bourré d’abréviations sera difficile à relire, on perd le bénéfice de la prise de notes. Les mots importants gagneront à être écrits en entier (voire en majuscule).

C. S’approprier l’espace feuille :

Souvenez-vous des prises de notes 1 et 2 (cf. page précédente). Elles diffèrent fondamentalement par l’occupation de l’espace de la feuille.

Organisez les concepts de façon distincte dans l’espace. Ça permet de favoriser la mémoire visuelle (vous vous souviendrez parfaitement que telle notion se situe en haut à droite de la feuille ! ). En observant cette prise de notes , on repère facilement les grandes notions, clairement séparées les unes des autres.

N’hésitez pas à sauter des lignes, dès qu’une nouvelle notion est lancée. Laisser de la place après un paragraphe permet aussi d’y revenir si des notions doivent être ajoutées (parce que vous en avez loupé un morceau, ou que le prof y revient pour une raison x ou y.

Encadrez, soulignez, mettez de la couleur, pour faire ressortir les points importants. Ne pas hésiter à faire des ratures si vous vous trompez : un cours doit aussi enregistrer les erreurs, qui font partie de l’apprentissage !

Utilisez des petits croquis rapides (graphiques pour montrer une tendance ?, que l’on pourra annoter pour décrire les différentes phases…, schémas simples…)

La maîtrise de ces techniques s’affinera avec l’expérience. Il faut vous entraîner dès que possible. Vous pouvez par exemple suivre des conférences en ligne, et vous exercer à les prendre en notes.
Et ne vous étonnez pas si vous sortez fatigué d’un cours… je vous l’ai dit, même à ? c’est un marathon !

Remerciements :

Je remercie les étudiants de la BCPST1 du lycée Claude Fauriel, d’avoir mis à disposition leurs notes, pour enrichir cet article. Je remercie également Céline C. pour sa prise de note experte.